Vous êtes ici :   Château des Lumières de Lunéville  >    Les rendez-vous réguliers  >  Les vendredis du musée

Les vendredis du musée

Chaque mois, le musée du château des Lumières propose, autour d’une œuvre issue de ses collections ou d’un aspect particulier de la mémoire de l’édifice, une évocation de l’histoire des hommes et des arts.

 

Un vendredi par mois
À partir de 17h30
Chapelle du château
Entrée 3€ ou cartes Château (détails dans notre rubrique Tarifs)

 

13/10/2017

« La 2e division de cavalerie de Lunéville, 1873-1914. Entre vie de garnison et manœuvres aux avant-postes de la Lorraine annexée. »

©CD54

En 1873, au lendemain du départ des dernières troupes d’occupation allemande, la 2e division de cavalerie s’installe en garnison à Lunéville, cité lorraine placée dès lors sous une double influence, celle de la frontière et celle du cheval d'arme. Au cœur d’un espace géographique et historique borné par la fin de la guerre franco-prussienne et le début de la Première Guerre mondiale, l’évocation de la mission de ses chefs et de ses cavaliers, mais aussi l’appréciation du quotidien de leur existence, offrent l’opportunité de saisir l’originalité de cette « cavalerie d’avant-poste » évoluant entre château, casernes et terrains de manœuvre.

Officier d’active de l’arme blindée cavalerie et docteur en histoire de l’Université de Lorraine, le lieutenant-colonel Jean Bourcart sert actuellement au Service Historique de la Défense (SHD) à Vincennes.

 

Vendredi 13 octobre / 17h30 / Chapelle / Cartes château ou 3€

 

 

 

 

Visite guidée de la nouvelle exposition du musée - 2 juin 2017

©CD54

Avant d'être exposées au musée, toutes les oeuvres ont vécu une histoire. Découvrez leur parcours singulier avant d'intégrer les coulisses du musée : de la commission scientifique à la salle des ventes ou à la boutique de l'antiquaire, les annecdotes et les secrets vous seront révélés

Par Alain Philippot, responsable du musée du château de Lunéville.


 

 

Conférence "Les menus plaisirs de Lunéville. Fêtes et divertissements à la cour de lorraine au XVIIIè siècle - Vendredi 5 mai 2017

Laurent Charpentier, Le Rocher aux automates de Lunéville, 1842 ©P Mignot

Installée au Château de Lunéville dès le début du XVIIIè siècle, la cour de Lorraine obéit au cérémonial et aux contraintes de l'étiquette. Mais la solennité de la vie de représentation se double de divertissements, simples ou plus sophistiqués, imaginés par des ducs et des duchesses amis des plaisirs. C'est à cette découverte d'une cour joyeuse que nous vous invitons

Par Thierry Franz, chargé de documentation, musée du château de Lunéville.


 

 

Conférence "Paul Emile Colin (1867-1949) : Passion et renouveau de la gravure sur bois. - Vendredi 7 avril 2017 (copie 1)

©Astrid Mallick

Né à Lunéville en 1867, Paul Emile Colin abandonne sa carrière de médecin pour se consacrer à sa passion : la gravure.
Autodidacte, il côtoiera Gauguin et les artistes de Pont-Aven mais développera un style et une technique propre qui feront de lui un des grands représentants de la gravure sur bois originale. 

Par Astrid Mallick, Bibliothèque Stanislas à Nancy.


 

 

Conférence " Les affinités lorraines d'Edmond Lachenal (de la biographie aux réalisations) " - Vendredi 10 mars

©Musée du château des Lumières - Lunéville, T. Franz

Au cours de la dernière décennie du XIXè siècle, alors que sa renommée était déjà bien établie, Edmond Lachenal (1855-1948), céramiste "parisien" inaugura un cycle de séjours lorrains et plus particulièrement lunévillois qui s'échelonnèrent sur une vingtaine d'années. Ils furent l'occasion de collaborations et de rencontres dont la manifestations la plus notoire reste le Gui, un service de table imaginé par Lachenal. La Lorraine fut pour le céramiste une sorte de terre d'adoption au point que l'Est républicain le mentionne parmi "les artistes lorrains aux salons de Paris". 

Par Jérôme Simer, master 2 histoire de l'art, Université de Lorraine.


 

 

Conférence " Germain Boffrand et les palais de Lorraine " - Vendredi 10 février

©Musée du château des Lumières - Lunéville, T. Franz

L'année 2017 célèbre le 350è anniversaire de la naissance de Germain Boffrand (1667-1754), architecte majeur du classicisme français, qui a donné toute la mesure de son talent dans les anciens duchés lorrains. Au service de Léopold à partir de 1709, il est à l'origine de projets grandioses mais restés inachevés, au palais de Nancy et au château de la Malgrange. Lunéville demeure aujourd'hui son oeuvre la plus cohérente et la plus connue, aboutissement d'un chantier dont l'histoire peut être aujourd'hui éclairée grâce à l'imagerie numérique.

Par Thierry Franz, chargé de documentation au Musée du Château de Lunéville.


 

 

Conférence sur " l'Art Nouveau en faïence" - Vendredi 9 décembre 2016

Dans la dernière décennie du XIX° siècle, la grande faïencerie de Lunéville développe un atelier d'art animé par Maurice de Ravinel. C'est dans ce cadre innovant qu'artistes et artisans travaillent à la création d'oeuvres originales annonçant l'Art Nouveau. Des pièces du musée serviront d'exemples.

Par Jeannine Guenot, secrétaire de l'association des Amis de la faïences de Lunéville Saint-Clément.


 

 

"A tire d'aile" - Vendredi 7 octobre 2016

Survol de la collection ornithologique conservée au musée du château.

Par Alain Philippot, responsable du musée du Château des Lumières.


 

 

Le pouvoir ducal et les ordres religieux à Lunéville au XVIIIe siècle - Vendredi 06 mai 2016

Église Saint-Jacques, gravure par Charles Fichot pour l’album des chemins de fer de l’Est, vers 1850

Ville de cour marquée par la philosophie des Lumières, Lunéville était aussi une ville d'abbayes et de couvents. Quelles relations le pouvoir ducal entretenait avec ces moines, chanoines et religieux qui représentaient une part importante de la population urbaine ? Ces relations ont-elles évolué entre Léopold et Stanislas ?

Par Catherine GUYON, Maître de conférences (HDR) en histoire, Université de Lorraine, CRULH Nancy-Metz, membre de l’Académie de Stanislas et présidente des Amis du château et de son Musée

ATTENTION : exceptionnellement, la conférence aura lieu à 14h, et non 17h30.

 

 

Des artistes lorrains dans la Grande Guerre, 4e et dernière partie - Vendredi 08 avril 2016

Edouard Henry-Baudot, La guerre

Nombreux sont les « Petits Maîtres » lorrains, simples témoins ou combattants et souvent victimes de la tourmente, qui contribuèrent à perpétrer le souvenir de la Grande Guerre. Parmi ces artistes, moins en vue que leurs aînés comme Emile Friant ou Victor Prouvé, citons : Pierre Waidmann, Emile Gerlach, Charles Heulluy, Georges Folmer, Lucien Lantier, Edouard Henri-Baudot et Jean Lurçat. Ils tinrent à jour les annales de la guerre, se faisant avec talent et sensibilité, les peintres au quotidien de cette tragique modernité. 

Par Robert Florentin, professeur honoraire

 

 

Stanislas Leszczynski, chantre du goût rocaille ? - Vendredi 04 mars 2016

Console aux coqs, époque Transition, vers 1760, provenant d’un appartement du château de Lunéville sous Stanislas Leszczynski.

Alors que nous allons célébrer le 250e anniversaire de la mort de Stanislas Leszczynski (1677-1766), interrogeons-nous sur son héritage esthétique. Si son souvenir reste associé au foisonnement décoratif des grilles de la place qui porte son nom à Nancy, le dernier duc de Lorraine, artiste dans l’âme, est-il resté fidèle jusqu’à la fin aux caprices ornementaux de la rocaille ? En tentant de répondre à cette question, nous cheminerons à travers les appartements de ses résidences et composerons ainsi une petite histoire du goût au cœur du siècle des Lumières.

Par Thierry Franz, chargé de recherche documentaire, musée du château des Lumières

 

 

L'héritage humaniste d'un héros militaire, adulé par l'Europe entière: Charles V (1643-1690), duc de Lorraine et de Bar, généralissime des armées impériales - Vendredi 05 février 2016

Buste de Charles V, exposition Lunéville 2009

Au XVIIe siècle, le père de Léopold ne put jamais revenir dans ses Etats occupés par les troupes françaises. Il a laissé un testament digne d’intérêt : le Testament Politique de Charles V. Il s’agit d’un essai sur un modèle de bon gouvernement. Les idées qu’il développe sont éclairées et humanistes. Malheureusement, on n’a retenu au cours des siècles que ses hauts faits militaires. Il fut considéré comme le sauveur de la Chrétienté, ayant repoussé les Ottomans au siège de Vienne et participé à la prise de Buda en Hongrie. Les idées des Lumières ont des racines profondes en Lorraine, elles se sont répandues avant le XVIIIe siècle. Les conseils de Charles V sur l’instruction, le développement économique, les mesures sociales, la justice et la tolérance sont surprenants de la part d’un homme du XVIIe siècle.

Une conférence organisée conjointement avec l’association Association Lorraine des Amis de l’Abbé Grégoire.

Par Jeanne-Marie Saint-Ramond, guide conférencière interprète et professeure d’allemand

 

 

 

Des artistes lorrains dans la Grande Guerre, 3e partie : Raoul Tonnelier, Job, Emile Chepfer et Alfred Renaudin - Vendredi 04 décembre 2015

Alfred Renaudin, Ruines de la ferme du Léomont, 1915, Lunéville, musée du château des Lumières

Par Robert Florentin, professeur honoraire

 

 

Retour sur deux années d'enrichissement des collections du musée du Château des Lumières (2014-2015) - Vendredi 06 novembre 2015

Claude Jacquart, Le mariage du prince de Lixheim au château de Lunéville en août 1721, huile sur toile, musée du château des Lumières (achat avec préemption de l’Etat, juin 2015)

Venez découvrir en avant-première le résultat de deux années d’enrichissement des collections de notre musée, des objets d’art à la peinture en passant par la faïence.

Par Alain Philippot et Thierry Franz, équipe de conservation du musée du château



La légende noire du siècle des Lumières : Une petite histoire de l'hygiène - Vendredi 09 octobre 2015

Dame de qualité à sa toilette, eau-forte, vers 1770, collection particulière

Beaucoup d’a priori subsistent sur les pratiques d’hygiène au XVIIIe siècle, contribuant à une véritable « légende noire » qu’il convient aujourd’hui de relativiser. À partir des collections du musée du château, nous tenterons de percer quelques secrets de beauté et de dévoiler les rituels liés aux soins du corps. La redécouverte du château de Lunéville nous conduira à cette occasion du côté de l’appartement des bains du duc Léopold et de son épouse Elisabeth-Charlotte, l’un des lieux les plus intimes du palais.

Par Thierry Franz, chargé de recherches documentaires du musée du château

 

 

Alfred Renaudin (1866-1944), peintre de la Lorraine et témoin de son temps - Vendredi 04 septembre 2015

Alfred Renaudin, Les tanneries Worms au bord de la Vezouze à Lunéville, 1891

Lumineuse, véridique et sensible sont les adjectifs qualifiant l’œuvre d’Alfred Renaudin, le peintre lorrain d’entre-deux guerres. Cette année, le paysagiste vosgien, né en 1866, fait l’objet de toute notre attention. En effet, il nous laisse un héritage conséquent d’œuvres. De Verdun à Fénétrange, de Longwy à Lunéville, il a parcouru l’ensemble de la Lorraine à bicyclette en nous délivrant un témoignage d’une réalité rurale ou urbaine, aujourd’hui oubliée.

Par Francine Roze, conservateur en chef honoraire du patrimoine, ancienne directrice du Musée Lorrain



Recherche